Ecouter lire…

Il commence à faire beau, j’ai repris la marche avec bonheur et souvent en marchant pour aller au bureau, j’écoute quelques podcasts. Hier, comme le faisait une de mes amies, j’ai tenté le livre audio !

Fort heureusement, je ne traverse pas de zones très dangereuses, ni même, très bruyantes !!

J’entends déjà les puristes me dire « Quouaaa ? un livre audio ?? Et la sensorialité du livre alors ? L’odeur et le toucher des pages ?? Quelle horreur !! » ce à quoi je répondrai qu’il faut faire des expériences dans la vie et que l’un n’empêche pas l’autre, ainsi que je l’ai dit également pour l’utilisation de la liseuse numérique… Les nouvelles technologies nous offrent au moins la liberté du choix !

Et je me souviens avec émotion, de longs trajets en voiture où mes parents, mon frère et moi écoutions les incroyables histoires de Pierre Bellemare… quelle différence après tout ?

J’ai moi-même, participé à la lecture de textes pour une association d’aveugles. Le Livre audio est très précieux pour eux.

Bref, j’ai donc programmé l’écoute d’une nouvelle de Maupassant. Je dois vous dire que je n’ai pas été très satisfaite du résultat. En effet, je pense qu’il vaut mieux écouter un livre dans son lit qu’en marchant ! La concentration n’est pas du tout la même que lorsque l’on est étendu ou assis confortablement dans un fauteuil et pourtant….

D’après une étude récente du SNE (Syndicat National de l’Edition), le nombre d’audiolecteurs a doublé en seulement un an ! Ce qui est stupéfiant ! Par ailleurs des neuroscientifiques de l’université de Berkeley ont démontré que lire ou écouter un livre faisait appel aux mêmes parties du cerveau. En effet, nous avons la capacité de traiter les informations sémantiques de la même façon, que ce soit de manière émotionnelle ou cognitive ! Donc globalement pour le cerveau, lire un livre ou l’entendre, c’est la même chose. L’information est traitée de la même façon. Selon ces neuroscientifiques, cette découverte pourrait ouvrir la voie à d’autres études, notamment auprès de personnes dyslexiques, aphasiques ou atteintes d’un trouble du traitement auditif, et permettrait d’améliorer leurs conditions d’apprentissage.

Dans le numéro spécial de “Question Sciences” consacré au cerveau et aux neurosciences, on rappelle ceci : “Le cheminement d’un mot lu est proche de celui d’un mot entendu, sauf qu’une étape supplémentaire est nécessaire. Le mot lu est d’abord perçu par le cortex visuel. L’information est ensuite reconnue en tant que mot associé à sa forme auditive correspondante. Le reste de l’opération se déroule de la même manière que lorsqu’on écoute quelqu’un parler”.

L’organisme de recherche et de développement WestEd, dont l’objet est d’améliorer l’éducation et l’apprentissage chez les enfants et les adultes aux États-Unis, a réalisé en 2016 une étude qui révèle que l’écoute de livres audio aide à l’alphabétisation.

Pour ma part, j’imagine que le plaisir qu’on en retire doit sans doute différer en fonction de la voix qui murmure à votre oreille… Il me semble que l’intonation, les pauses, les variations de son, doivent avoir leur importance dans le fait d’aimer ou non un récit lu.

Il est des voix qui nous « parlent » plus que d’autres, si j’ose dire !

Faites votre expérience du livre audio et donnez-moi votre avis !

A très vite !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s